Maison communale
adm-com.jpg
Rue des Ecoles, 50,
6990 Hotton - Carte
Tél : 084 / 36 00 00
Fax : 084 / 46 75 77
commune@hotton.be

Heures d'ouverture :
Les services communaux
sont accessibles
uniquement
sur rendez-vous

du lundi au vendredi
de 8 à 12h et de 13 à 16h30.
Merci de respecter ces
quelques consignes :
- une personne à la fois
(ou 2 de la même famille),
- paiement uniquement
par bancontact,
- précautions sanitaires
obligatoires : masque,
gel, distanciation.

Mise à jour
Une information n'est pas à jour ! N'oubliez pas de vider le cache de votre navigateur (utiliser CTRL+F5).
Evènements passés

Envoyez-nous un mail.
Pour annoncer un évènement, veuillez remplir ce formulaire ou envoyez un mail à Hotton-Tourisme.
Envoyer ce site à un ami.
 

Station d'épuration

La station d'épuration de Hotton a été inaugurée ce vendredi 20 juin 2008 en présence du Ministre de l'Agriculture, de la Ruralité, de l'Environnement et du Tourisme de la Région wallonne et du Ministre Régional Wallon des affaires intérieures et de la Fonction publique.
Cet ouvrage, d'une capacité de 2000 équivalents habitants, épurera les eaux usées de Hotton, Melreux et Hampteau tout en participant à la préservation des zones de baignade de Hotton et de Noiseux.

 

PRÉSENTATION DU PROJET

1. Renseignements généraux :

Pouvoir subsidiant S.P.G.E. à 100%
Maître d'ouvrage A.I.V.E.
Coût annuel de fonctionnement par équivalent habitant +/- 12,50 €
Adresse: Rue de NAIVE, HOTTON


Caractéristiques techniques de la station d'épuration :

Capacité nominale 4.000 EH
Débit journalier 720 m3/j
Débit maximum accepté en traitement biologique 120 m3/h
Charge journalière en DBO5 216 kg/jour
Charge journalière en MES 360 kg/jour


Normes de rejet à respecter :

DBO5:   15 mg O2/l DCO:   75 mg O2/ MES:   20 mg/l

2. Circuit de l'eau :

Les eaux arrivent à la station d'épuration par les collecteurs. Une fosse de pompage relève ce débit pour permettre un écoulement gravitaire tout au long du traitement biologique.
Un premier traitement consiste au dégrillage fin qui élimine les déchets solides supérieurs à 6mm. Les déchets retenus sont compactés, déversés et stockés dans un conteneur.
Ce traitement est suivi d'un dessablage. Cet ouvrage consiste à supprimer les matières non organiques de l'influent. Cette opération est réalisée dans un ouvrage à doubles chenaux et permet une élimination des sables de +/- 90%.
Ensuite le débit est divisé entre les débits acceptés par la biologie et le débit d'orage. Un répartiteur de débit constitué d'une goulotte en inox assure cette division. En cas de pluies continues ou d'orage, une partie du débit est déviée vers le bassin d'orage. Dans ce bassin, les eaux subissent une décantation des matières sédimentables.
Le débit accepté par la biologie est envoyé dans le bassin d'aération (770 m3). Ce bassin est précédé d'un bassin de contact ou sélecteur permettant un mélange efficace de l'influent et des boues de recirculation.
C'est dans le bassin d'aération que les micro-organismes épurateurs se développent en présence d'oxygène et consomment la pollution biodégradable présente dans les eaux usées. Ce procédé est appelé " boues activées ". L'oxygène nécessaire aux micro-organismes est fourni par trois surpresseurs. Les besoins en air sont estimés à +/- 700 m3/h. L'oxygène est réparti sur la totalité du fond de l'ouvrage et est injecté en fonction des besoins instantanés mesurés en continu par une sonde.
La dernière étape du traitement biologique consiste à séparer les eaux épurées de la boue formée par les micro-organismes qui s'y sont développés. Cette phase de séparation est réalisée dans le décanteurclarificateur (+/- 410 m3)
Avant d'être rejetée au ruisseau de NAIVE, l'eau épurée subit une dernière désinfection par ultraviolet pour éliminer tous les micro-organismes encore présents dans l'eau.
Ce traitement est prévu pour les périodes comprises entre le 15 mai et le 15 septembre.

3. Circuit des boues :

Les boues décantées dans le clarificateur sont appelées " boues secondaires ".
Elles sont pompées et renvoyées dans le bassin de contact (sélecteur) pour ensemencer les boues fraîches de l'influent. Une partie de ces boues secondaires est extraite du système et constitue les "boues en excès" issues de la multiplication des micro-organismes.

Ces dernières sont évacuées du clarificateur et stockées dans un silo à boues (+/- 600 m3) où elles sont épaissies grâce à des drains régulièrement disposés dans l'ouvrage.
La production de boues en excès est estimée à +/- 200 kg de matières sèches par jour.
Le silo permet un stockage des boues en excès de +/- 90 jours de fonctionnement de la station.

4. Intégration de la station dans l'environnement :

Toutes les dispositions constructives, techniques et paysagères ont été mises en oeuvre pour limiter les nuisances sonores et olfactives et intégrer au mieux la station dans le site choisi.

L'ensemble des équipements susceptibles de générer du bruit est capoté et isolé. Toutes les zones sensibles, au point de vue des odeurs, sont systématiquement couvertes, soit par des dalles en béton, soit par des tôles larmées (fosse à flottants, fosses à boues, silo à boues).

Les ouvrages en béton de traitement ne dépassent le niveau du sol que de 0,75 m maximum (combiné aération -clarificateur -silo à boues).
Seule, la zone de tamisage fin émerge de +/- 1,80 m, ainsi bien sûr que le bâtiment de service.
Ces zones sont masquées au maximum par des écrans de végétation en buissons et plantations basses.

Quelques hautes tiges rappellent l'arrière plan avec quelques arbres de taille appréciable, le solde de la surface et les talus étant couverts de pelouse et bosquets se mariant aux pâtures avoisinantes. Quelques massifs masquent en partie le bâtiment de service.

5. Télétransmission :

La station est munie des outils informatiques et de télécommunication permettant la télégestion et la télésurveillance de l'ouvrage. Ces équipements assurent un contrôle à distance et une surveillance permanente de l'ouvrage, évitant ainsi la nécessité d'une présence humaine permanente.

Document Actions